Language choice

Blog de Katherine Pancol

BlaBlaBlog

Manuscrit blues

Oh la la ! Tout ce temps sans vous écrire ni vous faire un petit signe ! Je flotte. J'erre. Je brasballants. Je vois tout en blanc. Les couleurs sont parties. J'ai l'impression de suivre mes pieds sans savoir où je vais.

Depuis que j'ai posé le dernier mot du livre.

C'est toujours comme ça mais j'oublie à chaque fois.
Il me faut des jours et des jours pour retomber sur terre. Quitter mes personnages. Oublier leurs histoires.
Alors, je reprends le manuscrit. Je relis, je coupote, je gomme, je transforme, je crayonne dans la marge. Je m'enroule dans mes mots comme dans un vieux doudou. J'aperçois le monde d'en haut. J'ai pas envie de descendre.
Et pourtant…
Il va bien falloir que j'atterrisse un jour ou l'autre.

Vivement dimanche !

Le dimanche 26 mars je serai au Salon du Livre de Paris au Livre de Poche.
À partir de 15 heures.
En attendant ce rendez-vous avec vous, je baguenaude, je lis et j’hume l’humeur du temps !

Ça y est !

Ça y est. J'ai écrit le mot FIN.
871 pages à mon écran.
Je fais quoi maintenant ?
Ça va me faire drôle de ne plus avoir ce rendez-vous quotidien avec mes personnages. Chaque jour, je vais les attendre et ils ne viendront pas. 

Je vais relire. Corriger. Ordonner. 
Ça va me prendre un peu de temps. 
Et puis je rendrai ma copie pour de bon.
Et partirai vers de nouvelles aventures…

Consolation pour parents d’enfants récalcitrants…

Je vais de rire en merveille avec le livre sur Feydeau. (Henry Gidel. Éditions Flammarion)
Dernier fou-rire, hier soir, avant de m'endormir.

Le père de Sacha Guitry, Lucien, se désespère parce que son fils est un cancre :
- Sacha, tu m'inquiètes ! À 18 ans tu es encore en sixième ! Et j'ai peur que tu ne te maries en sixième et peut-être même que tu ne meures en sixième ! Alors je me demande s'il ne vaudrait pas mieux renoncer.

Sacha Guitry renonça aux études.
La suite, vous la connaissez !