Language choice

Blog de Katherine Pancol

Chez les Amish

Vous souvenez-vous de ce film, Witness avec Harrison Ford ? On y voyait vivre la communauté Amish. Je suis allée flâner de leur côté. À Lancaster, en Pennsylvanie.
Ils sont 37.000 à y vivre selon leurs anciennes règles : pas d’électricité, pas de télévision ni de lave-linge ni de portable, pas de voiture ni de bicyclette (mais droit à la trottinette), pas de scolarisation avancée, pas de jean ni de vêtement aux couleurs claires, pas de bouton mais des épingles, pas de musique mais des chants religieux, pas de contraception, pas d’armée ni d’engagement politique. Mais lecture de la Bible, humilité, modestie, solidarité, fraternité, retrait du monde moderne. Loin des "English" (c’est comme ça qu’ils appellent "les autres").

Pourtant ce sont d’excellents hommes d’affaires et leurs entreprises sont très prisées. À 18 ans, le jeune Amish a deux ou trois ans pour décider s’il rejoint le groupe ou non. Il a alors le droit d’aller au cinéma, dans les bars, de boire de la bière, de s’envoyer en l'air. Puis il ou elle décide de rejoindre ses pairs ou pas. S’il refuse, il doit quitter sa famille, ses amis et s’installer ailleurs. S’il rejoint, il ne peut plus jamais partir.

Beaucoup reviennent, victimes de leur isolement et de leur faible niveau d’éducation (l’école s’arrête à 14 ans). Et c’est comme ça depuis le XVIIIème siècle. Ils sont arrivés 3000, chassés d’Europe, et sont environ 200.000 aux USA aujourd’hui.
Chaque famille a une moyenne de dix enfants. On n’a pas le droit de les photographier ni de les apostropher. On peut juste les observer de loin dans les champs en train de labourer (avec des charrues tirées par des chevaux) ou enfermés dans leur buggy noir sur les routes. Tous vêtus de sombre, le visage refermé sur leur monde intérieur. Impressionnant.