Language choice

Blog de Katherine Pancol

Il a raison, Georges !

J'ai dépassé la page 200. Je ne vois pas le temps passer. Je m'assieds, il est 14 heures, je lève le nez, il est 19 heures. Ah bon… 
Je tourne les mots dans ma tête, sur mon écran, dans ma tête, sur mon écran. J'ai un torticolis. Je plonge le nez dans mes notes, musarde du côté des "autres", les fais parler, les écoute… c'est un moyen de ne pas sortir des clous, de s'étonner, se dépasser.

Ce matin, c'était Simenon.
"L'artiste ne doit pas seulement regarder en lui-même, il doit aussi regarder à l'intérieur des autres  avec l'expérience qu'il a de lui-même. Il écrit avec sympathie parce qu'il sait que l'autre lui ressemble"
Ou…
"Surtout employer le moins de mots abstraits… Dès le début je me suis astreint à écrire avec des mots concrets."

Il a raison, Georges !